L’expérience de chacun est une chance de développement.

Les double plaques sont délicates à assembler pour « tomber pile » sur la cuvette du papier.

Les couleurs doivent correspondre à l’attente d’Alice Baehler: Elle y travaille longuement avant de presser ses gravures.   Cette image était « dans sa tête » depuis l’été. Elle a muri tranquillement, en en parlant à l’Atelier, en imaginant des solutions, des trempages et des manières de copier et de « mordre » les plaques. Finalement ce sera au trait dans le vernis (eau-forte) et une « aquatinte » la poudre de colophane qui permet des morsures d’ombres.

La première plaque a été encrée grassement, tirée sur papier, et le papier avec l’encre encore fraîche appliquée sur une plaque vierge pour en garder l’image.

Le travail sur la seconde plaque sera une réplique inversée de la première, et la superposition des deux donne le résultat ci-dessus.

L’expérience d’Alice Baehler va permettre à d’autres de faire l’expérience des doubles transferts… c’est ce que nous aimons au Poisson Bouge.

À propos de Bernard van BAALEN

Graveur et responsable de l'Atelier du Poisson Bouge depuis 2001. Anciennement pasteur à Genève, et toujours animateur théologique du Camp Biblique Œcuménique de Vaumarcus (www.cbov.ch) où il organise annuellement une semaine de gravure avec Alice Baehler-Quenel.
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *